Archives de catégorie : Colloques / séminaires / conférences

Conférences « Vide-poches » de l’AFET

Vendredi 22 Septembre 2017

de 14 h à 17h30
Auditorium du C2RMF, Palais du Louvre, Paris

Programme
INTERVENTIONS :
Astrid CASTRES : Les techniques de gaufrage des étoffes : un champ d’expérimentation textile à Paris au XVI e siècle
Marguerite COPPENS : L’habit fait-il l’infirmière ?
Françoise COUSIN : Les teintures à réserves sur le pourtour méditerranéen : Proche-Orient, Afrique du nord, Europe méridionale
Josiane et Daniel H. FRUMAN : Autour de El Escorial
Danièle VERON-DENISE : Les tentures brodées du maréchal François de Créquy, marquis de Marines (1629-1687)

Un plan d’accès vous sera envoyé après inscription
Vous munir d’une pièce d’identité qui vous sera demandée pour l’accès à l’auditorium
INSCRIPTION :
Inscription gratuite mais obligatoire auprès de Isabelle BEDAT, téléphone 06 08 93 88 11
Mail : bedat.isabelle@wanadoo.fr

Le Costume sous Henri VIII d’Angleterre – Conférence vivante de Sébastien Passot au musée national de la Renaissance – 31 janvier 2016

Le dimanche 31 janvier, le musée national de la Renaissance accueillait un événement tout à fait particulier. Aussi passionnant pour les spécialistes que pour les néophytes, la conférence vivante de Sébastien Passot se penchait sur le costume à la cour d’Henri VIII d’Angleterre vers 1530.

La richesse de cet après-midi reposait sur le caractère vivant et pédagogique de son contenu. Le tailleur Sébastien Passot présentait tout son travail réalisé dans un atelier installé dans la château d’Ecouen à l’occasion du partenariat avec le musée de Luxembourg lors de l’exposition « Tudors ». Aidé d’un powerpoint présentant ses sources historiques et iconographiques, il présentait ainsi les différents éléments qui composent le costume. Sur scène, deux comédiens en chemise revêtaient successivement chaque pièce de vêtement.

Chaque choix est alors justifié et expliqué : matériaux, couleurs et motifs s’appuient sur des inventaires et témoignages historiques, et répondent à un impératif budgétaire serré. Une heure plus tard, la magie opère : devant une salle comble et captive, les deux comédiens sont devenus Henri VIII et Anne Boleyn. Les mouvements, les formes du corps et la posture se retrouvent totalement modifiés par les vêtements. Accessible tout en s’appuyant sur de solides recherches scientifiques, cette conférence vivante est un événement de médiation réussi et  une illustration magistrale de la complexité des costumes de la Renaissance, trop souvent méconnus.

A la suite de cet après-midi enrichissante, le VeT a eu l’opportunité de discuter davantage avec Sébastien Passot.

 

– quelle est votre formation ?

Après un baccalauréat littéraire je suis rentré à l’école du Louvre jusqu’à l’obtention du diplôme de 2e cycle (niveau Master 2). Passionné de cinéma (et plus particulièrement de films historiques), j’ai également passé ces années à faire des courts-métrages avec amis pour lesquels je faisais les costumes, accessoires etc. J’ai décidé de devenir costumier après un stage au CNCS. Je ne connaissais pas les formations pour adultes du Greta à l’époque. J’ai donc suivi les cours du soir de la mairie de Paris pendant 2 ans (qui me permettaient de travailler en journée), une petite base qui s’est complétée par l’expérience. Je n’ai donc pas officiellement de diplôme de costumier, ni de thèse.

– d’où vient cet intérêt pour la création de costumes historiques ?

La passion pour l’historique a toujours été là mais essentiellement via les costumes de films puis de scène. L’intérêt pour l’étude et la reconstitution du vêtement historique est réellement venue après avoir travaillé en 2012 sur une pièce de Shakespeare pour Jenny Tiramani au Shakespeare’s Globe de Londres. Elle est dépositaire des archives de Janet Arnold, historienne du costume dont j’utilisais les ouvrages, Patterns of Fashion, depuis mes débuts comme costumier amateur (ce sont les premiers livres que j’ai acheté avec des patrons, en 2004) et que j’utilise bien entendu toujours, comme tous les costumiers.

– quels sont les projets qui vous ont le plus marqués et pourquoi ?

Le travail sur les deux pièces pour lesquelles j’ai travaillé en 2012 et 2013 (Twelfth Night et Richard III) et donc la rencontre avec Jenny Tiramani, fondatrice de la School of Historical Dress dont je suis aujourd’hui membre, ont été déterminants dans ma passion pour les vêtements anciens et leur étude approfondie. Pour la première fois je pouvais observer une réelle compréhension des vêtements tels qu’ils étaient fabriqués et portés, dans toute leur richesse et leur complexité. Le souci d’exactitude était tout simplement incroyable. Néanmoins je considère pour ma part que dans un cadre fictionnel (opéra, théâtre, cinéma etc.), l’historicité absolue des costumes n’est pas du tout indispensable, tant qu’ils restent cohérents et adaptés à la dramaturgie de l’histoire (et bien entendu bien réalisés et plaisants à l’œil). Ces projets-là s’inscrivaient eux dans une véritable démarche globale de recherche d’authenticité.

– quelles techniques avez-vous appris  au contact des sources historiques ?

 

J’ai appris de nombreuses techniques, notamment les techniques de rembourrage et matelassage des pourpoints (qui varient selon les époques) ou encore la façon de fabriquer un corps baleiné qui est tout à fait différente de ce que j’avais pu apprendre en cours.

– Comment décririez-vous votre processus de travail classique quand vous abordez un projet de costumes historiques ?

D’abord, considérer le temps et le budget à disposition. C’est le point de départ essentiel qui déterminera le type de réalisation : le plus historique possible (tant pour les matières que les techniques, par exemple tout cousu à la main), historique avec des concessions à la modernité (utilisation de machine à coudre par exemple) ou « évocation historique » (on ne garde que la silhouette avec des matériaux modernes par exemple).

Ensuite, le plus facile en général, la recherche iconographique, qui soit la plus précise possible quant aux dates et à l’aire géographique concernée. La recherche de vêtements existants et leur potentielle publication technique, pour savoir au mieux de quelle façon ils sont coupés et confectionnés (j’ai une bibliothèque assez importante sur le sujet). Quand c’est possible, voir des vêtements conservés. Enfin, si le temps le permet, compléter avec les sources écrites qui permettent de préciser bien des points sur les matériaux ou les couleurs, les habitudes vestimentaires en général. Synthétiser toutes ces pièces d’un même puzzle pour avoir la vision la plus complète possible puis passer au travail de costumier proprement dit : coupe et confection du vêtement.

Pour moi le plus important sur un projet à prétention « historique » est le respect de la silhouette, de la coupe du patron et la cohérence de la confection. On peut faire un costume qui aura une allure très historique potentiellement avec certains tissus aux fibres artificielles ou synthétiques, en acceptant que le résultat sera une évocation et non une reconstituion. Je préfère néanmoins utiliser au maximum des tissus naturels (soie, laine, coton, lin…) pour tous les unis et textiles plutôt basiques.

Pour les matériaux complexes ou aux motifs particuliers, demandant un budget conséquent, il reste encore quelques rares fournisseurs qui vendent des reproductions de tissus anciens, bien qu’il soit parfois compliqué de trouver du 100% naturel : à Paris (Burger, Pierre Frey…)  Lyon (Prelle, Tassinari…), en Italie (Gaggioli), en Angleterre (Hopkins)… Il est aussi possible de trouver quelques métrages de textiles authentiques mais je pense que c’est une hérésie de vouloir couper des tissus précieux plus anciens qu’une centaine d’années, quel que soit le client et ses moyens.